Les Migrants Cubains

Posté par tapachula le 28 août 2008

La frontière Sud du Mexique est devenue une porte d’entrée à tous les flux migratoires. Avant 2005, les Cubains se faisaient rares sur les routes du Sud du Mexique. Il faut dire qu’il était plus facile pour eux de se rendre aux Etats Unis directement depuis Cuba. A cette époque, les Cubains déserteurs jouaient « au chat et à la souris » avec la Police des Frontières américaine. S’ils arrivaient sans se faire prendre et sans être mouillés sur le sol américain, le statut de « Réfugié » leur était accordé. Mais s’ils se faisaient attraper en mer, ils étaient directement remis aux Autorités Cubaines. Les Cubains avaient donc trouvé la parade : ils débarquaient sur les Côtes Mexicaines et rien, dans ce cas, ne pouvait les empêcher de rentrer légalement aux Etats-Unis, à pieds secs, par la terre.
Par mimétisme, le gouvernement mexicain a adopté en 2005 les mêmes règles concernant le traitement des Cubains que les Etats Unis. Cette circulaire interne crée un statut spécial pour cette catégorie. Elle est appelée ici, « Loi des pieds mouillés et des pieds secs » et ne vise pas à empêcher l’immigration cubaine mais à la freiner ou à rendre le trajet plus long et plus fatiguant. La seule chose que le gouvernement mexicain ait réussi à faire est de créer un commerce des migrants Cubains.
Etant de plus en plus difficile pour eux de passer entre les mailles du filet mexicain, les Cubains appliquent alors la même tactique que par le passé. Ils se rendent encore plus au Sud pour rentrer au Mexique en ayant « les pieds secs ». La frontière administrative étant très poreuse et connaissant la procédure à leur égard, les Cubains, dès la frontière traversée, se rendent directement et volontairement au poste migratoire le plus proche. Ils savent qu’ils ne pourront être expulsés. La technique n’a pas changé, mais le trajet, si. S’ils ne se rendent pas directement au Centre de rétention de Tapachula, ils sont transportés jusqu’à lui.
Selon leur version, le séjour à l’intérieur du Centre n’est qu’une question de jours et dès les 5000 Pesos (500 $US) déboursés pour le laissez-passer, ils seront libres. Cependant pour la plupart d’entre eux, la durée de leur séjour va dépendre de la quantité d’argent qu’ils vont débourser, en supplément, aux agents migratoires afin « d’accélérer » la procédure. C’est effectivement une procédure administrative qui les frappe et les 5000 Pesos sont en réalité une amende administrative pour présence illégale sur le territoire mexicain. Le laissez-passer est, quant à lui, une obligation de quitter le territoire dans les 30 jours à compter de leur libération. C’est à dire qu’ils ont une autorisation pour rester 30 jours au Mexique, autrement dit, 30 jours pour rejoindre les Etats-Unis.
Ce n’est un mystère pour personne, la plupart des migrants Cubains ont de l’argent qui leur est envoyé par un membre de leur famille aux Etats-Unis. Beaucoup sont prêts à tout pour s’accaparer un peu de cette somme.

Laisser un commentaire

 

SALON DES VIGNERONS ET DES ... |
fidelite |
kass les nuts !!!! |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | CDI Toulouse-Lautrec
| NEW DAY RELOOKING
| Piques et répliques - 2